Après 20 ans, des amis amateurs de détection de métaux trouvent les plus anciens bijoux en or de l'âge du fer en Grande-Bretagne

Après 20 ans, des amis amateurs de détection de métaux trouvent les plus anciens bijoux en or de l'âge du fer en Grande-Bretagne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Deux chercheurs de trésors amateurs ont mis au jour des bijoux extrêmement précieux qui sont supposés être le plus ancien or de l'âge du fer jamais découvert en Angleterre. Les quatre torcs – trois colliers et un bracelet – ont été trouvés séparément à environ un mètre (3 pi) l'un de l'autre et enterrés juste sous la surface d'une terre agricole par Mark Hambleton et Joe Kan.

Les chasseurs de trésors amateurs n'en croyaient pas leurs yeux

La collection, qui s'appelle maintenant « Leekfrith Iron Age Torcs », a été découverte en décembre 2016 sur une terre agricole de la paroisse de Leekfrith, dans le Staffordshire Moorlands, en Angleterre. Ironiquement, les deux amis détecteurs de métaux ont découvert ce trésor de bijoux en or de l'âge du fer d'une qualité incroyable, après leur retour dans le Staffordshire qu'ils avaient précédemment recherché sans succès, au point qu'ils ont décidé de changer de passe-temps et de se tourner vers la pêche depuis près de deux décennies maintenant. Comme M. Hambleton, 59 ans, l'a dit et le Belfast Telegraph rapporte :

"J'en avais assez, j'avais enlevé mon détecteur et emballé. Il (Joe) m'a crié 'Je pense que j'ai trouvé quelque chose d'assez important'. Il a sorti ce gros torc de sa poche et l'a suspendu devant moi. Quand j'ai repris de l'air dans mes poumons, que ma tête s'est éclaircie et que mes jambes ont cessé de trembler, j'ai dit : « vous rendez-vous compte de ce que vous avez trouvé là ? »

  • Découverte incroyable avec un détecteur de métaux - L'incroyable trésor d'or anglo-saxon du Staffordshire
  • Un trésor de 5 000 pièces anglo-saxonnes d'une valeur de plus de 1,5 million de dollars découvert par des détecteurs de métaux lors des fouilles de Noël

Il a ensuite « avoué » qu'il avait gardé la collection près de son lit pendant la nuit jusqu'à ce qu'ils puissent le signaler. Le lendemain, il a remis l'or à des experts à Birmingham, et des archéologues ont été amenés à enquêter sur le site des découvertes par le conseil du comté de Staffordshire et le conseil municipal de Stoke-on-Trent.

La collection a été nommée Leekfrith Iron Age Torcs. (Conseil du comté de Staffordshire )

La découverte unique vieille de 2 500 ans est d'importance internationale

Les archéologues suggèrent que les torcs de l'âge du fer ont probablement été fabriqués dans l'Allemagne ou la France d'aujourd'hui au cours du IIIe ou du IVe siècle av. Les experts examinant les trésors ne peuvent pas savoir pourquoi les objets ont été enterrés, mais ils spéculent qu'ils auraient pu être enterrés pour la garde ou comme offrande aux dieux.

Deux des pièces, un collier et un bracelet, sont conçues en fil d'or torsadé. Le bracelet présente de superbes décorations celtiques, considérées comme l'un des premiers arts celtiques de Grande-Bretagne.

L'un des torcs en or découverts sur les terres agricoles du Staffordshire par Joe Kania et Mark Hambleton. ( Conseil du Staffordshire/AP )

Le Dr Julia Farley, conservatrice des collections britanniques et européennes de l'âge du fer pour le British Museum, a déclaré au Belfast Telegraph ,

"Cette découverte unique est d'importance internationale. Elle date d'environ 400-250 av. mariés à la communauté locale. Reconstituer comment ces objets ont été soigneusement enterrés dans un champ du Staffordshire nous donnera un aperçu inestimable de la vie à l'âge du fer en Grande-Bretagne.

  • Des archéologues rassemblent des fragments d'un trésor d'or anglo-saxon révélant de superbes reliques
  • Une baratte à beurre saxonne découverte dans le Staffordshire met en lumière la vie dans le royaume de Mercie

À la question de savoir s'il pourrait y avoir d'autres découvertes en attente d'être découvertes, le Dr Farley a ajouté : "C'est difficile à savoir - nous ne le saurons jamais à moins que les gens ne trouvent des choses."

Une évaluation officielle des trésors aura bientôt lieu, mais une campagne de collecte de fonds devrait être lancée dans quelques semaines afin de sécuriser les bijoux pour une exposition publique permanente. Pour leur découverte, les deux amis incroyablement chanceux partageront la découverte à 50/50 avec le propriétaire foncier Stuart Heath, comme l'a rapporté le Daily Mail.


    Tout d'abord, obtenez la permission de détecter les métaux.

    Les meilleurs endroits pour chasser sont généralement des propriétés privées et l'obtention d'une autorisation écrite peut aider à résoudre d'éventuels litiges pouvant survenir à la suite de vos actions et/ou découvertes. Vous devrez peut-être obtenir un permis et suivre des politiques supplémentaires pour ce site. Certains sites peuvent permettre la détection de métaux mais ne permettent pas de creuser.

    Faites d'abord vos recherches juridiques, car l'intrusion accidentelle et la détection illégale de métaux ont de graves conséquences financières et peuvent avoir un impact sur la communauté des détecteurs de métaux.

    Pour vous aider à identifier les sites susceptibles de vous intéresser, vous devez également réfléchir au type de métal que vous souhaitez trouver. Vous ne trouverez pas d'or si vous n'êtes pas en territoire aurifère. Vous ne trouverez peut-être que des pièces de monnaie modernes en fonction de l'état et de la zone que vous recherchez. Les types de reliques changeront entre les champs de bataille et les plages. Plus vous pouvez être précis sur vos objectifs, plus vous pouvez être précis sur les terrains de chasse potentiels.

    1. Votre propre arrière-cour

    C'est évident, vous n'avez pas besoin d'autorisation. Votre propre arrière-cour est un endroit fortement recommandé pour tester d'abord votre nouveau détecteur de métaux. Enterrer des objets dans la cour et voir comment ils réagissent vous aidera à développer les compétences et les techniques nécessaires sur le terrain. De plus, vous ne savez jamais ce que vous pouvez trouver enfoui sous votre cabane dans les arbres ou votre trampoline.

    Il est de notoriété publique que de nombreuses personnes enterraient leurs objets de valeur et leurs pièces de monnaie. Regardez sous les arbres, les porches et les jardins.

    2. Parcs

    Beaucoup de monde, beaucoup de babioles et de pièces perdues. Non seulement l'aire de jeux est une bonne cachette pour la monnaie, les bijoux et les jouets, mais vous devriez également chercher autour de la touche où les parents s'assoient et les effets personnels sont déposés. Pensez autour et sous les bancs, les poubelles, les parkings et les tables de pique-nique.

    3. Écoles

    Les sites scolaires anciens et modernes nécessiteront tous deux une autorisation et la détection dans une école moderne devra attendre les vacances pendant que les élèves ne sont pas en session. Les gradins, les terrains de sport et les espaces communs peuvent avoir de bonnes trouvailles.

    4. Terrains de sport et champs de foire

    Beaucoup de monde, du trafic piétonnier, de l'argent, des bibelots et de la nourriture. Cela équivaut à une possibilité de bonnes trouvailles telles que des pièces de monnaie et des bijoux, mais il y aura aussi beaucoup de déchets. Vous devez également faire très attention à ne pas endommager l'herbe et le gazon en creusant. Fouillez les terrains de balle, sous les gradins, autour des arbres, des aires de pique-nique et là où les vendeurs manipulent normalement des produits et de l'argent.

    5. Terrains de camping, camps scouts, sites touristiques

    Ces emplacements sont bons pour trouver des pièces de monnaie. Si vous êtes dans un quartier historique, vous pouvez également trouver différents types de reliques ou de vieilles pièces de monnaie. N'oubliez pas de rechercher les points chauds dans ces zones, comme autour des piscines, des toilettes et des parkings. L'autorisation doit être accordée, et il est probable que vous l'obteniez pendant la morte-saison. Vous pouvez être limité sur les types d'outils de creusement qui peuvent être utilisés.

    6. Zones de pêche

    Vous connaissez déjà certains points chauds de pêche locaux où les pêcheurs se rassemblent depuis des décennies. De vieilles reliques de pêche peuvent être trouvées avec des pièces de monnaie et des déchets. Recherchez les sentiers, les points d'entrée/sortie et les parkings, car les choses sont souvent réorganisées et perdues en cours de route. Faites attention à ceux qui pêchent. Si vous effrayez le poisson, vous rendrez probablement ceux qui vous entourent très ennuyés et peu accueillants.

    7. Ruisseaux, rivières et lacs

    La recherche le long des rives de ces zones peut s'avérer utile. Les lacs contiennent généralement des tonnes d'objets qui ont été perdus par les visiteurs et les nageurs. Les ruisseaux et les rivières ont peut-être apporté des pépites d'or, des reliques et d'autres friandises qui se sont installées le long des berges et sous l'eau. Les bobines de recherche étanches sont indispensables pour ces zones.

    8. Plage

    L'un des sites les plus populaires pour chasser - la plage. Il fait chaud, sablonneux et vous pouvez bronzer en chassant. Il y a beaucoup de bonnes trouvailles sur la plage, des pièces de monnaie aux bijoux, et bien sûr, beaucoup de trouvailles que vous devriez retourner aux autorités comme les clés et les téléphones portables. Ce qui est bien avec la plage, c'est qu'elle ne vieillit jamais en tant que site de chasse. La marée apporte constamment des choses nouvelles et anciennes, les tempêtes déchirent le paysage révélant des choses plus anciennes qui ont été profondément enfouies, et de nouvelles choses sont perdues toute l'année en visitant les touristes et les amateurs de plage. Un détecteur de plage avec la capacité d'équilibrer le sol par rapport à l'eau salée et une pelle à sable est indispensable. Si vous voulez juste des conseils de détection de métaux sur la plage, nous avons un article pour cela.

    9. Champs

    Aussi simples que cela puisse paraître, ils peuvent souvent céder des objets anciens et précieux. Dans les champs fraîchement labourés, des couches de terre ont été recyclées, ramenant à la surface des objets profondément enfouis. Les anciens champs peuvent également avoir eu une importance historique en tant que sites de congrégation ou de champ de bataille. Les reliques, les vieilles pièces de monnaie et les caches peuvent être le point chaud à trouver dans ces endroits. Faire des recherches et obtenir la permission sera la clé du succès.

    10. Champs de bataille

    Il existe de nombreux sites de ce type à travers le monde. Aux États-Unis, la chasse sur les champs de bataille de la guerre civile peut produire des balles de mousquet, de vieilles pièces de monnaie, des boutons et d'autres reliques et trésors. D'autres sites similaires où se trouvent des objets de guerre amérindiens peuvent inclure des terres fédérales et des réserves. La détection de métaux sur les terres tribales nécessite une autorisation et toute découverte doit être restituée à la tribu d'origine. L'Europe a aussi sa part de champs de bataille, et de nombreuses reliques anciennes, armes et outils primitifs et pièces de monnaie anciennes peuvent encore être découverts.

    11. Vieilles églises et cimetières

    Une autorisation doit être demandée pour ces terrains, car vous pourrez peut-être détecter et creuser autour de l'église, mais détecter uniquement sans creuser autour des pierres tombales. Les règles peuvent être différentes pour chaque type de site d'église. Pourquoi chasser ici ? Anciennes monnaies. Qu'un fidèle achète son repos éternel, soutienne les efforts de ses responsables religieux ou aide simplement la foi à avancer, des pièces de monnaie et d'autres bibelots de valeur sont distribués gratuitement dans ces lieux de réunion. D'autres reliques non métalliques peuvent également être découvertes.

    12. Vieux bâtiments historiques et maisons

    Des caches enterrées de pièces de monnaie à la vaisselle en argent et aux chandeliers, les vieilles maisons et bâtiments historiques offrent beaucoup de potentiel pour l'amateur. Même les dépendances et les vieux lits de jardinage peuvent être des points chauds prometteurs. Regardez sous de vieux arbres où les économies annuelles de quelqu'un ont peut-être été enterrées ou sous des porches où des pièces de monnaie seraient tombées à travers les interstices. L'astuce pour réussir ici est d'obtenir d'abord la permission.

    13. Anciennes scieries

    Ce sont les campings où les hommes « vivaient » que vous voulez avoir accès pour chasser. Des pièces de monnaie peuvent être trouvées, mais vous rencontrerez principalement des reliques telles que des fers à cheval, des outils et de vieux équipements qui ont longtemps été oubliés.

    14. Mines abandonnées

    La chasse dans ces anciennes mines est dangereuse car instable, vous devez donc suivre toutes les précautions nécessaires pour assurer votre propre bien-être. Vous pourrez peut-être trouver des résidus, du minerai avec des veines d'or qui ont peut-être été manquées ou tombées du chariot de la mine, et peut-être quelques pépites. Vous trouverez également de nombreux objets en fer comme des crochets, des traverses de rail et de vieilles lampes minières.

    15. Villes fantômes désertes

    Ces types de sites abandonnés sont parfaits pour les détecteurs de métaux car il y a peu de monde et beaucoup de biens à découvrir. Autrefois des sites de commerce, de transport, d'exploitation minière et de colonisation animés, ils sont maintenant calmes, étranges et déserts. Des hordes de trésors, de vieilles pièces de monnaie, des caches enfouies et d'autres reliques sont encore introuvables. Vérifiez les agrafes comme les vieux arbres, sur les bords des fondations des saloons, des églises et des marchés. Ces lieux peuvent avoir des restrictions en tant que sites historiques, alors faites vos recherches sur son histoire et les autorisations requises.

    16. Champs aurifères

    En tant qu'amateur débutant et intermédiaire, vous souhaitez rechercher des pépites d'or dans des sites de chasse connus pour payer de l'or. Si de l'or a été trouvé dans le passé, il est probable que de l'or le sera à nouveau.

    Les dépôts de placer sont généralement ce que recherche un détecteur de métaux. Ce sont des particules d'or qui ont été libérées de leur source d'origine avec d'autres minéraux comme la roche et le quartz. La séparation des pépites et des paillettes d'or peut s'être produite naturellement par l'érosion ou l'activité humaine comme l'exploitation minière passée. Ces pépites se trouvent à la périphérie de l'emplacement d'origine, car elles ont généralement été transportées par un plan d'eau où elles sont déposées et installées le long des lits de ruisseaux, d'anciens lavis et d'autres sites similaires.

    En raison de toutes les concentrations élevées de minéraux, un détecteur de métaux d'or spécifique à haute fréquence pour détecter même les plus petites pépites tout en annulant les signaux des minéraux du sol est essentiel.

    17. Swap Meets & marchés aux puces

    Ces zones sont généralement situées dans un lieu public comme un parc ou des parcs d'exposition et des fêtes foraines. En basse saison, vous pouvez contacter les propriétaires pour obtenir l'autorisation de chasser. Des pièces de monnaie, des reliques et d'autres bibelots peuvent être trouvés, car les vendeurs et les acheteurs peuvent perdre et laisser tomber des objets pendant l'excitation d'acheter, de vendre et de se promener.

    18. Make-Out Central

    Tout le monde connaît un endroit central de maquillage local généralement appelé Lover's Lane. Il peut s'agir d'un belvédère, d'une route sans issue devant les bois ou d'une grotte isolée sur une plage. L'argent, les bijoux, les montres et qui sait quoi d'autre peuvent être récupérés par des oiseaux d'amour qui ne savent pas qu'ils ont égaré leurs affaires. Beaucoup de déchets peuvent être récupérés comme des bouchons à vis et des tirettes, mais il peut aussi y avoir des foyers autour qui peuvent valoir la peine de chasser. Il est préférable de chasser ces points chauds le matin lorsqu'ils ne sont pas occupés.

    19. Les naufrages

    De nombreuses recherches sont nécessaires avant de plonger avec un détecteur de métaux. Vous devez avoir l'équipement approprié, un détecteur sous-marin et le savoir-faire de ce que vous recherchez et de l'endroit où vous chassez. Vous pouvez également rechercher des plages côtières où des naufrages connus se sont produits. Qui sait ce qui peut être lavé ou a été lavé et est prêt pour la cueillette.

    20. Terre appartenant à des amis et à la famille

    Vos amis et votre famille peuvent ne pas comprendre votre passe-temps, mais ils peuvent être disposés à vous laisser détecter sur leur propriété. Vous pourriez être surpris de ne pas être le seul à être curieux de savoir ce qui se cache en dessous.


    Le collier en or a été révélé lorsque les pièces de monnaie autour de lui ont été retirées

    Un collier en or a été découvert par des experts examinant le plus grand trésor de pièces celtiques au monde.

    Le conservateur principal Neil Mahrer travaille sur le trésor du Catillon II et a déclaré qu'ils avaient déjà effacé près de 4 000 pièces sur environ 70 000.

    Le couple d'or a été partiellement exposé lorsque les chercheurs ont commencé à retirer des pièces de monnaie autour de lui.

    Les pièces ont été découvertes par deux amateurs de détecteurs de métaux, Reg Mead et Richard Miles, en 2012.

    L'équipe, dont deux diplômés en archéologie nés à Jersey, a déjà découvert une pièce d'or qui daterait de 70 avant JC et qui serait dérivée des Baiocasses, une tribu normande qui frappait des pièces d'or et d'argent de base.

    Neil Mahrer a déclaré que le volume de pièces dans le trésor créait une "nouvelle normalité" car ils en avaient plus que tout ce qui avait été découvert auparavant.

    L'équipe prend une mesure très précise de l'emplacement de chaque élément dans le trésor

    Le collier en or, connu sous le nom de "couple" a été partiellement exposé lorsque les pièces ont été retirées et M. Mahrer a déclaré qu'il était surprenant de trouver une pièce complète plutôt que des fragments.

    Julia Farley, conservatrice des collections européennes de l'âge du fer au British Museum, a déclaré que les hommes et les femmes d'Europe continentale seraient enterrés en les portant.

    Elle a déclaré: "Ils sont rares, en particulier ceux en or, mais le nombre de Grande-Bretagne est assez petit, moins de 50 environ.

    « Sur le continent, vous les trouvez dans des tombes, mais nous ne les trouvons pas vraiment en Grande-Bretagne. Ils ont été trouvés dans des hordes sous forme de morceaux hachés, mais ils sont inhabituels.

    On pense qu'il y a environ 70 000 pièces de forme et de valeur variables dans le trésor

    Neil Mahrer a déclaré qu'ils n'avaient aucune idée du nombre d'autres bijoux qu'ils trouveraient ou s'il y avait de grosses pierres à l'intérieur

    Elle a déclaré que la plupart des objets en or britanniques trouvés à l'époque du trésor de Jersey étaient en fait fabriqués à partir d'or continental recyclé.

    Mme Farley a déclaré qu'il serait expédié au Royaume-Uni avec des pièces de monnaie et d'autres métaux hachés, puis transformés en objets locaux.

    M. Mahrer a déclaré que le couple d'or dans le trésor de Jersey pourrait s'avérer être une découverte importante, car il pourrait aider à découvrir plus de détails sur la richesse de la tribu et d'où ils viennent. L'or est toujours ce dont sont faits les rêves.

    Partagez ceci :

    Comme ça:


    ARTICLES LIÉS

    M. Smith a d'abord trouvé ce qu'il pensait être une broche médiévale, mais s'est avéré faire partie d'un harnais de cheval celtique.

    Il est retourné directement le lendemain et a trouvé d'autres pièces d'émail rouge - datant de 25 à 75 après JC.

    "J'ai tout de suite compris leur importance", a-t-il ajouté.

    «C'était juste instinctif. J'avais tout lu sur les enterrements de chars et j'aurais juste souhaité que ce soit moi, alors trouver cela a été un privilège.

    Dessin de reconstruction par Jeremy Richards d'un char et d'un aurige celtiques tirés par des chevaux dans la Grande-Bretagne de l'âge du fer. L'âge du fer était une ère archéologique, se référant à une période d'environ 1200 avant JC à 600 avant JC, ce n'était pas un horizon archéologique, mais plutôt une phase culturelle localement diversifiée

    Sur la photo, une partie du harnais avec son émail rouge et vert que M. Smith a trouvé

    QUE SAVONS-NOUS SUR L'ÂGE DE FER BRETAGNE ?

    L'âge du fer en Grande-Bretagne a commencé à la fin de l'âge du bronze.

    Il a commencé vers 800 avant JC et s'est terminé en 43 après JC lorsque les Romains ont envahi.

    Comme son nom l'indique, cette période a connu des changements à grande échelle grâce à l'introduction de la technologie du travail du fer.

    Au cours de cette période, la population de la Grande-Bretagne a probablement dépassé le million.

    Cela a été rendu possible par de nouvelles formes d'agriculture, telles que l'introduction de nouvelles variétés d'orge et de blé.

    L'invention de la charrue à pointe de fer a permis pour la première fois de cultiver dans des sols argileux lourds.

    Certaines des avancées majeures au cours comprenaient l'introduction du tour de potier, du tour (utilisé pour le travail du bois) et de la meule rotative pour moudre le grain.

    Il y a près de 3 000 forts de colline de l'âge du fer au Royaume-Uni. Certains ont été utilisés comme établissements permanents, d'autres ont été utilisés comme sites de rassemblements, de commerce et d'activités religieuses.

    À l'époque, la plupart des gens vivaient dans de petites fermes avec des familles élargies.

    La maison standard était une rotonde, en bois ou en pierre avec un toit de chaume ou de tourbe.

    Les pratiques funéraires étaient variées, mais il semble que la plupart des gens aient été éliminés par « excarnation », ce qui signifie qu'ils ont été délibérément exposés.

    Il existe également des corps de tourbières préservés de cette période, qui montrent des preuves de morts violentes sous la forme de meurtres rituels et sacrificiels.

    Vers la fin de cette période, il y avait une influence romaine croissante de la Méditerranée occidentale et du sud de la France.

    Il semble qu'avant la conquête romaine de l'Angleterre en 43 après JC, ils avaient déjà établi des liens avec de nombreuses tribus et auraient pu exercer une certaine influence politique.

    Après 43 après JC, tout le Pays de Galles et l'Angleterre sous le mur d'Hadrien sont devenus une partie de l'empire romain, tandis que la vie à l'âge du fer en Écosse et en Irlande a continué plus longtemps.

    Le site d'excavation: Incroyablement, la découverte a été découverte à l'aide d'un simple détecteur de métaux

    Jackpot : Mike Smith (au milieu, avec une casquette blanche) a été stupéfait de trouver le char celtique datant de plus de 2 000 ans

    Des éléments du char sont encore quelque peu conservés et seront désormais conservés dans un musée

    L'emplacement exact de sa découverte étonnante est gardé secret pour une fouille majeure - mais est situé dans le sud du Pembrokeshire.

    L'enquête à Milford Haven, d'où il vient, a appris que le site est désormais protégé par la loi et que M. Smith doit vendre les 34 artefacts à un musée en vertu de la loi.

    Le paiement doit être partagé à cinquante-cinquante avec le propriétaire foncier.

    "Je n'arrive toujours pas à y croire", a ajouté M. Smith. « Évidemment, j'ai lu les trouvailles d'autres personnes. Je les ai regardés à la télé, et j'ai toujours pensé, ça ne me dérangerait pas de trouver ça, c'est toujours surréaliste et ça change la vie.

    Bien rare : le char est le premier du genre à être trouvé en dehors du Yorkshire

    Discret: l'emplacement exact de son incroyable découverte est gardé secret pour une fouille majeure - mais est situé dans le sud du Pembrokeshire

    Le char est le premier du genre à être trouvé en dehors du Yorkshire. Le National Museum Wales a déclaré qu'il allait maintenant essayer d'acheter le trésor.

    Adam Gwilt est le conservateur principal de l'archéologie préhistorique du musée.

    Il a déclaré: «Ces pièces de char ont peut-être été témoins de certains des événements historiques de l'époque, alors que les peuples de l'âge du fer défendaient leurs modes de vie et leurs identités, face à un empire romain en expansion.

    "Quelque chose comme ça demande beaucoup d'organisation et de financement, nous avons donc travaillé avec un certain nombre de partenaires pour mettre en place ce qui est nécessaire pour mener une enquête continue."

    COMMENT FONCTIONNENT LES DÉTECTEURS DE MÉTAUX ?

    L'invention du détecteur de métaux ne peut pas être vraiment revendiquée par une seule personne.

    C'est une combinaison et un amalgame de plusieurs technologies différentes.

    Alexander Graham Bell a conçu un appareil qui était une machine de localisation électromagnétique des métaux.

    Ceci était basé sur un appareil inventé par le physicien Heinrich Wilhelm Dove.

    Quelque temps plus tard, un ingénieur Gerhard Fischer, a déposé un brevet concernant une conception.

    Un détecteur de métaux se compose d'un stabilisateur, d'un boîtier de commande, d'un arbre et d'une bobine de recherche.

    Ce sont les deux bobines qui sont en fait responsables de la détection du métal.

    La bobine extérieure est la bobine émettrice tandis que la bobine intérieure est la bobine réceptrice.

    Cela fonctionne pour détecter et amplifier les fréquences. Ce type de technologie est connu sous le nom de technologie Très Basse Fréquence ou VLF.

    Lorsque de l'électricité est fournie à cette bobine émettrice, un champ magnétique est créé autour de la bobine.

    C'est la même science derrière les électro-aimants.

    Lorsque la machine flotte sur le métal, les électrons dans le métal - en raison de sa liaison métallique et de la mer d'électrons entourant une masse fixe chargée positivement - sont affectés par le champ magnétique.

    Le changement des électrons déclenche un petit champ électrique dans l'objet métallique qui modifie la fréquence du détecteur de métaux.

    Cela indique que du métal est présent.

    Des détecteurs de métaux plus avancés sont également capables de différencier les différents types de métaux et le changement de fréquence est différent et donc la hauteur de la note est modifiée.


    L'anneau d'Escrick

    L'anneau d'Escrick a été découvert en 2009 par le détecteur de métaux Michael Greenhorn près d'Escrick, dans le Yorkshire du Nord. La bague est en or pur à 90 % avec du verre et un saphir poli et on estime qu'elle date du cinquième ou sixième siècle.

    Personne ne sait vraiment qui possédait la bague ni ce qu'elle représentait lors de sa création, mais son propriétaire actuel, le Yorkshire Museum, a acheté la bague pour 44 132 $ (US). Pourtant, la bague Escrick n'est pas la seule découverte énigmatique présentée ici. Plus est encore à venir!


    6. Un météore de deux livres

    Découvrir un météore de 2 livres est suffisant pour tout adulte, sans parler d'un enfant de 13 ans. Jason Lyons est tombé sur le morceau de 2 livres de «roche spatiale» au Nouveau-Mexique, en utilisant un détecteur de métaux bon marché construit par son grand-père.

    Il a été révélé que le météore existait sur Terre depuis environ 10 000 ans, composé de nickel-fer et de la deuxième matière spatiale la plus courante (bien que toujours exceptionnellement rare).

    Vous vous demandez peut-être comment un détecteur de métaux peut trouver de la matière naturelle. Eh bien, la réponse est simple à cause des métaux naturels qui se trouvent dans l'objet. Donc, si vous êtes un passionné de l'espace et que vous souhaitez trouver de la roche spatiale à montrer à vos amis, alors la détection de métaux est un moyen sympa de le trouver.


    ARTICLES LIÉS

    Le bijou de deux pouces et demi, qui pourrait valoir jusqu'à 2 millions de livres sterling, est maintenant au British Museum

    M. Duckett a déclaré qu'il avait d'abord pensé que le bijou était du papier d'aluminium froissé provenant de l'emballage d'un gâteau de M. Kipling.

    Et la couronne a été utilisée au couronnement de Charles Ier.

    Lorsqu'il s'enfuit d'Oliver Cromwell après la bataille de Naseby en 1645, ils passèrent devant l'endroit où M. Duckett avait trouvé le bijou.

    Les experts pensent qu'il est peut-être tombé de la couronne dans la précipitation de Charles ou qu'il a décidé de l'enterrer.

    Un porte-parole du British Museum a déclaré : « Comme l'exige le processus Treasure, un expert du British Museum a examiné la pièce et l'a identifiée comme datant de la fin du Moyen Âge.

    `C'est une figure émaillée d'or représentant Henri VI comme un saint et qui semble avoir été utilisé comme insigne, ou attaché au moyen de la boucle sur son revers, à un autre objet.

    "Nous sommes ravis que cet objet ait été déclaré trésor lors de l'enquête du coroner, et le British Museum espère l'acquérir en temps voulu grâce au processus Treasure, qui le mettra à la disposition du public et des universitaires pour étudier à perpétuité."

    Le roi Henri VIII : le monarque qui s'est marié six fois et a rompu avec Rome, changeant le cours de l'histoire culturelle de l'Angleterre

    Henri VIII (28 juin 1491 - 28 janvier 1547) était le roi d'Angleterre dominateur de 1509 jusqu'à sa mort en 1547.

    Il avait tristement célèbre six femmes, dont deux il a décapité.

    Il a rompu avec l'Église catholique à Rome à cause de ses efforts pour faire annuler son premier mariage, avec Catherine d'Aragon, afin de pouvoir épouser Anne Boleyn, qui est devenue sa seconde épouse.

    Henry VIII (28 juin 1491 - 28 janvier 1547) était le roi d'Angleterre dominateur de 1509 jusqu'à sa mort en 1547

    Le mouvement - connu sous le nom de Réforme - l'a établi comme le chef suprême de l'Église d'Angleterre et l'a vu excommunié par le pape à Rome.

    Sa dissolution ultérieure des couvents et monastères britanniques change le cours de l'histoire culturelle du pays.

    Sous lui, la marine anglaise devint farouchement imposante, passant de quelques petits navires à plus de 50.

    Sur le plan intérieur, il était parfois tyrannique - utilisant des accusations de tyrannie et d'hérésie pour écraser ceux qu'il considérait comme des dissidents.

    Parmi ceux qui sont tombés sous le coup de lui se trouvait son ministre en chef Thomas Cromwell, qui a fini par être décapité.

    Sa deuxième épouse Anne Boleyn et sa cinquième épouse Catherine Howard ont également été décapitées.

    Ses prédécesseurs avaient tenté sans succès de conquérir la France, et même Henri lui-même a monté deux tentatives coûteuses, mais infructueuses.

    Il était connu pour se soigner lui-même, allant même jusqu'à fabriquer ses propres médicaments.

    Un enregistrement sur une ordonnance pour le traitement des ulcères au British Museum se lit comme suit : "Un Oyntment conçu par la majesté des rois fait à Westminster et conçu à Grenwich pour éliminer les inflammations et cesser de payer et de guérir les ulcères appelés plâtre gris".

    Le roi était également musicien et compositeur, possédant 78 flûtes, 78 flûtes à bec, cinq cornemuses, et a depuis fait reprendre ses chansons par Jethro Tull.

    Il est mort alors qu'il était lourdement endetté, après avoir eu un style de vie si somptueux qu'il a dépensé beaucoup plus que les impôts ne lui rapporteraient.

    Il possédait la plus grande collection de tapisseries jamais documentée et 6 500 pistolets.

    Alors que la plupart des portraits le montrent comme un homme léger, il était plus tard dans la vie très grand, avec un observateur l'appelant «un monstre absolu».


    Dix Viking Hoard découvre que vous n'en avez pas entendu parler

    Le trésor de Silverdale et le trésor de Vale of York ont ​​fait l'objet de nombreuses discussions tant dans la presse que sur les blogs. Cependant, il y a au moins 10 autres trésors vikings qui ont été découverts au cours des 10 dernières années, dont vous n'avez probablement pas entendu parler.

    1. Septembre 2012, Bornholm, Danemark. Un trésor de l'ère viking composé de 152 pièces de monnaie arabes et perses en argent a été trouvé sur l'île de Bornholm dans la mer Baltique. Le trésor remonte à 854 après JC. Une vingtaine de pièces sont intactes, tandis que d'autres sont découpées en morceaux, ce qui est très typique de l'époque, puisque le paiement était basé sur le poids de l'argent et non sur la quantité de pièces. Le poids total du trésor est d'environ 250 grammes. Les premières pièces ont été trouvées par un archéologue amateur. Le musée de Bornholm a mené des fouilles ultérieures.

    2. Septembre 2012, Strandby, Danemark. Le détecteur de métaux amateur Michael Stockbro Larsen, âgé de 16 ans, a trouvé un trésor viking composé de 365 objets, dont de l'argent, différents types de pièces de monnaie et des bijoux. Les pièces de monnaie petites et minces de l'époque de Harald Bluetooth ne pesant qu'environ 0,2 gramme et décorées de jolis motifs sont très intéressantes. L'heureux détecteur de métaux a raconté que les gens se moquaient souvent de lui à cause de sa passion, même ses amis le trouvant « un peu ringard ».

    3. Avril 2012, Gotland, Suède. Dans un champ près de Stale dans la paroisse de Rone, un tonneau de cuivre a été découvert avec un sac à main en cuir à l'intérieur qui contenait plus de 6 000 pièces d'argent de l'ère viking. Afin de préserver la découverte, le baril a été excavé avec un morceau de terre qui l'entourait. Il a été envoyé à Visby dans un plâtre pour être radiographié. L'une des pièces nettoyées proviendrait de Cologne et datait de 1043 après JC. En 1838, un autre trésor viking avait été trouvé sur le même champ, composé de 5 922 pièces de monnaie.

    4. Décembre 2011, Hattula, Finlande. Un trésor viking de 20 pièces d'origine allemande datant d'environ 1 000 ans a été découvert par deux détecteurs de métaux sur le domaine de Vesunta sur le territoire de la ville finlandaise de Hattula près de Hämeelinna.

    5. Mai 2011, Furness, Grande-Bretagne. Le trésor trouvé à Cumbria se composait de 92 pièces et objets en argent, dont plusieurs lingots et un bracelet en argent. Il a été réalisé par un archéologue amateur local. Parmi les objets figuraient deux dirhams arabes très rares. Le trésor aurait été enterré vers 955 après JC, au moment où les Vikings ont établi leur présence dans le nord de l'Angleterre. C'est le plus grand trésor de l'ère viking jamais trouvé dans la région. Les précédentes découvertes vikings en Cumbrie incluent les sépultures de Cumwhitton.

    6. Septembre 2010, comté de Harju, Estonie. Un chasseur de trésor anonyme a découvert un trésor de l'ère viking de 1 312 pièces d'argent, ainsi qu'une hache et un couteau. Les objets ont été datés du XIe siècle par les experts du Musée d'histoire estonien. La plupart des pièces provenaient d'Allemagne, mais le trésor comprenait également des pièces britanniques, danoises, suédoises, hongroises, arabes, deux tchèques et une italienne. L'argent a été découvert avec les fragments d'un pot en argile dans lequel il avait été enterré.

    7. Avril 2009, Ringe, Danemark. L'archéologue amateur Benny Pennerup a découvert dans un champ un trésor de 41 pièces, un bracelet en argent et la moitié d'un marteau de Thor très décoratif. La découverte a au moins 1000 ans. La plupart des pièces sont islamiques, mais certaines d'entre elles proviennent de territoires appartenant désormais à la Russie.

    8. Avril 2008, Aéroport d'Arlanda, Suède. Le trésor découvert près du principal aéroport international de Suède comprenait 472 pièces d'argent. Le trésor était daté d'environ 850 après JC. Les pièces provenaient principalement de Bagdad et de Damas, les plus anciennes étant de Perse. La plupart d'entre eux avaient été coupés en morceaux. La découverte contient plus de pièces que le seul autre trésor viking connu de la période qui avait été découvert en 1827. La date du trésor est très précoce, puisque les Vikings ont commencé à importer des pièces de monnaie orientales vers 800 après JC.

    9. Septembre 2007, Gotland, Suède. Un trésor composé de 69 pièces de monnaie datant de la fin des années 900 et du début des années 1000 a été trouvé par un jardinier sur son potager. Les pièces provenaient de ce qui est maintenant l'Angleterre, l'Allemagne, l'Irlande, l'Irak et l'Ouzbékistan.

    10. octobre 2006, Gotland, Suède. More than 1,000 silver coins were discovered accidentally by brothers Edvin and Arvid Sandborg who helped their neighbor with yard work. Archeologists who excavated the site also found several silver bracelets believed to date to the 10th century.

    Photo courtesy Thomas Quine. Used under Creative Commons Attribution 2.0 Generic Licence.


    50 greatest national treasures revealed

    They are the hidden gems discovered by amateur treasure hunters, shedding new light on the story of our islands.

    After sifting through hundreds of thousands of submissions, a panel of archaeological experts have chosen what they consider are the 50 greatest treasures discovered in the past 15 years.

    From rare Iron Age jewels to an antique prosthetic nose - the Tudor alternative to cosmetic surgery - they include extraordinary artefacts that lay untouched for centuries.

    Each item was judged on its national, historical and cultural significance and will feature on the ITV series Britain’s Secret Treasures.

    Since the British Museum launched a scheme to record archaeological objects found by members of the public in England and Wales 15 years ago, it has documented 800,000 items, many found because of the booming popularity of metal-detecting.

    Roger Bland, the Keeper of the museum’s Portable Antiquities and Treasure, said: “We were looking for finds that had a truly interesting story to tell. The key thing about these 50 is that they each act as springboards for telling us more and about the past.

    “Before the Portable Antiquities Scheme, there was no attempt to record objects that were found by members of the public so history was being lost, disappearing on to the open market.

    “Now, the database is an extraordinary source of information and with their finds, amateur metal detectors are literally transforming our knowledge of the past.”

    Here, we reveal five unique treasures that have made it into the top 50.

    SPANISH AMERICAN DOUBLOONS, 1790-1802, found April 2010 in Lincolnshire, worth £6,800

    “It was a day I will never forget,” said Sue Green, the manager of a care home in Lincoln who had only been metal detecting for a few months before her new-found hobby led her to a treasure trove. “I’d found the odd button and bit of lead, but nothing like this.”

    Mrs Green, 63, was with her brother David Wilkinson, in a field near Lincoln, and were about to head home when she heard a loud beep from her metal detector. “I looked down and saw a shiny yellow thing, which I assumed was just the inside of a jam jar lid. When I picked it up, and saw that it looked like a gold coin, I was practically shivering with excitement.

    "We kept looking and found four coins that day and two weeks later, we returned and found two more. I couldn’t believe it. I conjured up ideas of a highwayman or perhaps even pirate gold.”

    Research by the Portable Antiquities Scheme (PAS) uncovered that Mrs Green and her brother’s find are Spanish American “eight escudos” coins, also known as “doubloons”. They date from between 1790 and 1802, when much of South America was under Spanish control. Weighing 0.88oz, they bear the bust of Charles IV of Spain.

    Each bears a mint mark showing their origins from Mexico, Peru, Bolivia, Nicaragua and two from Chile. They are believed to be part of an earlier hoard of 19 coins uncovered in 1928 in the same area by a farmer and are Britain’s only find of doubloons.

    Adam Daubney, the PAS finds liaison officer for Lincolnshire, said: “This is the only hoard of gold doubloons unearthed in Britain. They were the highest gold denomination in the western world at the time and weren’t the sort of thing used for everyday transactions. They are from the same era of Pieces of Eight so make you think about pirates and treasure.

    “These were probably buried in the years immediately following the 1802 date of the latest coin, so during the Napoleonic Wars when there was great civil unrest across Europe and the price of gold went through the roof making it increasingly scarce to come by.”

    The coins were recently acquired by The Collection Museum in Lincoln, and will be on display from this week. They were bought for £6,800, which in accordance with the Treasure Act 1996 was shared equally between Mrs Green and her brother, and the landowner. Mrs Green used part of the proceeds to buy a new metal detector.

    BEDDINGHAM NOSE, circa 1500 - 1700, found November 2009 on Itford Hill, Beddingham, East Sussex

    Ray Wilson, 83, a member of the Brighton Metal Detecting Club, has been heading out into the East Sussex countryside most Sundays for 30 years, unearthing coins, cups and bits of old metal. But three years ago while searching along a sunken track, he pulled something from the ground that was rather more unusual than any of his previous finds.

    “At first I thought it was a Roman nose protector worn by soldiers under their helmets or possibly a bit of an ancient statue,” said Mr Wilson, a retired harbour controller from Newhaven. But after handing it over to the Sussex PAS, the detective work began. Photographs of the bronze nose, measuring 1.7in (long) by 1.45 in (wide), were sent to the Royal Armouries Museum in Leeds, where it was agreed that it was unlikely to be from armour which is mostly made of iron.

    Images were then inspected by experts at the Science Museum in London and the Hunterian Museum of the Royal College of Surgeons, also in London. Curators at both agreed that the item was most probably a post-medieval prosthetic nose, dating circa 1500 - 1700, that belonged to a gentleman of means who had lost his nose and possibly part of his upper lip to syphilis, a common problem for the Tudor middle-classes.

    The museums have examples of silver and ivory noses in their collections, but the bronze nose is the first of its kind recorded and experts have suggested that it may have been used for “everyday” wear, exchanged for a silver or ivory model for special occasions. The nose, which has slit holes at the side, would have been secured to the face by a leather or string tie like a mask.

    Stephanie Smith, the PAS finds liaison officer for Sussex, said: “This was a very exciting find because while it doesn’t have huge monetary value, it is such a rare, interesting and bizarre object that tells a funny story about life during that period. Dallying with prostitutes became a socially accepted aspect of a gentleman’s life, but unfortunately disfigurement from syphilis, for which there was then no cure, was one of the side-effects and a metal prosthetic was deemed a better alternative to a large hole in one’s face.

    "Although it has a darker and green tinge now, then, it would have looked rather more fleshy and been much more subtle when worn. We get so used to seeing old coins, but something as unusual as a false nose keeps us excited about the job.”

    The nose is still owned by Mr Wilson.

    STAFFORDSHIRE MOORLANDS PAN, 2nd century AD, found June 2003 in the Staffordshire Moorlands, worth £100,000

    Kevin Blackburn had been out all day with three friends in a field near Utoxeter, Staffordshire, which he had visited twice before with little luck. “All I’d found at that site was the odd two-pence coin that a walker had dropped and as it was getting dark, we decided to wander back to the car.” En route, his metal detector beeped. “It was the same kind of signal I’d had before for a Coke can, so I didn’t think much of it. But I had a little dig around, and about 12 inches under some rocks, there it was.”

    From the soil, Mr Blackburn pulled what has come to be known as the Staffordshire Moorlands Pan, a rare and intricately decorated Roman copper bowl. It is one of only a few objects that refer directly to the time when Hadrian’s Wall was a working military wall and is considered one of the most important Roman discoveries in recent years.

    The copper alloy pan is decorated with Celtic-style leaf and feather-shaped motifs inlaid with turquoise, blue, red and yellow enamel. “I’d never seen anything like it before, and I didn’t know what it was - all I could tell was that from the Latin inscription, it was probably Roman,” said Mr Blackburn.

    Mr Blackburn, 56, who sells metal detectors and other excavation material, contacted his local PAS, who referred it to the Ashmolean Museum in Oxford, where the Latin inscription was deciphered, before it was sent to the British Museum for further research.

    The inscription lists four forts located at the western end of Hadrian’s Wall, and what is believed to be the Greek name of an individual, Aelius Draco, possibly the name of the craftsman or manufacturer, but more likely an auxiliary soldier who acquired his citizenship under the emperor Hadrian, and had the pan made as a souvenir of his military service at various forts along the Wall. Alternatively, the pan may be the equivalent of his “gold watch” retirement gift from the military for his services to the Roman Empire.

    Only two other vessels with inscriptions naming forts on Hadrian’s Wall are known - the Rudge Cup which was discovered in Wiltshire in 1725 and the Amiens Patera found in Amiens, northern France, in 1949.

    It was purchased in 2005 for £100,000 in a joint acquisition by the British Museum, the Potteries Museum and Art Gallery in Stoke-on-Trent and Tullie House Museum in Carlisle, where it is currently on display. The money was split equally between the landowners and Mr Blackburn, who shared his £50,000 with the three friends he was with when he made the discovery.

    WINCHESTER HOARD, circa 75-25BC, found in September, October and December 2000 near Winchester, worth £350,000

    Kevan Halls, a retired florist, struck gold in a Hampshire field 12 years ago. After unearthing a brooch, whose origins he was unsure of, he reported it to his local PAS finds liaison officer, who referred what she suspected was an Iron Age discovery to the British Museum. Mr Halls returned to the site and found three more gold brooches, a gold chain, two gold necklace torcs and two gold bangles scattered across the field. The find was described as the most important discovery of Iron Age gold for 50 years and has transformed views of Britain’s links to Rome before the empire invaded in 43AD.

    Research by the British Museum revealed that the torcs, which are wrought from fine gold wires painstakingly woven together, were made in a way that is different to that of any other torc known from Iron Age Britain, Ireland or France and are believed to have been made in Rome.

    One of the torcs is larger than the other, possibly because one was made for a man and the other for a woman. More than 40oz of very pure gold was used to make the collection which is so impressive that it is believed to have been presented as a “diplomatic” gift to a British prince and his wife from one of Rome’s leaders, possibly Julius Caesar or Mark Anthony.

    Excavation of the site found that the hoard did not come from a grave, settlement or temple, but had been buried on its own on top of a small hill that might once have been covered with trees. It may have been buried for safekeeping or as a religious offering.

    “The hoard was such a spectacular find not only because is it hugely valuable in real terms, but it tells us a lot about what life was like in Britain just before the Romans invaded,” said Mr Bland. “We don’t have any written records about the items, but they give us great insight, telling us that there was a relationship between Rome and tribes who were living in Britain and were receiving gifts from Romans before Britain was invaded.”

    The collection was acquired by the British Museum for £350,000 which was split between Mr Halls and the landowner.

    PITMINSTER CANNON, circa 1700-1750, found May 2003 in Poundisford, Somerset

    When Kevin Neal ventured out to a field near Taunton with his metal detector, he didn’t fancy his luck. A policeman, Mr Neal, 47, had only been an amateur treasure hunter for a year and had unearthed the odd Roman coin and brooch. So when he pulled a rusty bit of metal from the soil, he had few expectations. But in fact, what he had discovered was a rare surviving miniature toy cannon that had perhaps once lined up in a playroom alongside a regiment of toy soldiers, providing a rare glimpse of how different child’s play was 300 years ago.

    Mr Neal said: “I took it home and went online where I could see plenty of examples of barrels from old toy cannons but I couldn’t find any that still had their wheels and carriage, so I thought maybe this was something special after all.” Mr Neal reported his find to Laura Burnett, the PAS finds liaison officer for Somerset, who instantly recognised its rarity.

    She said: “It was hugely exciting - to find the remains of a toy cannon fully intact with its carriage is incredibly rare and only one other example is known to exist. While the toy cannons were mass produced, the carriages were cut from sheet copper alloy making them very fragile which is why barely any survive.

    “They could even be fired with a bit of gunpowder and miniature canon balls, although this once wasn’t fired, which is a good thing as the muzzle has been misdrilled and is slightly thicker on one side, so if it had been fired, it would have been a rather wonky explosion.

    “It is wonderful to be able to wheel the cannon around and imagine how a little boy might have lined his cannon up while conjuring enemies to defeat.”

    The cannon will go on display this week at the Museum of Somerset in Taunton.

    Mr Bland said: “This is such a wonderful little object because in our health and safety culture now, it’s almost impossible to believe that children’s toys in the 18th century could be so dangerous - basically scaled-down weapons - and yet here is the proof.”

    Britain’s Secret Treasures is on ITV from July 16 to July 20, with the final programme on July 22


    Voir la vidéo: MADE by popeye!!! detection de métaux


    Commentaires:

    1. Seldon

      Et je la crois !!!

    2. Bridger

      PAS entendu parler de ça

    3. Drystan

      Je m'assois et je ne trébuche pas alors que l'auteur y arrive par lui-même

    4. Warian

      Je m'excuse, ça ne m'approche pas. Y a-t-il d'autres variantes?

    5. Doy

      Oui ne peut pas être!



    Écrire un message